Résultats d’analyses pour les mises en réserve de la vigne

Millésime 2023 : Comment assurer les mises en réserve

 

160 analyses pétiolaires ont été réalisées à stade véraison sur l’Hérault, l’Aude et les Pyrénées-Orientales. Les résultats donnent une information précieuse sur l’assimilation des éléments nutritionnels pour piloter les mises en réserve.

Les mises en réserve de la vigne (amidon, sucres solubles et éléments minéraux) commencent dès le stade véraison jusqu’à la chute des feuilles. Une amélioration des mises en réserve favorise la production de l’année en cours et le démarrage des vignes l’année suivante.

Ces mises en réserve dépendent de la date de vendange, des conditions climatiques et du bon fonctionnement photosynthétique. Après vendange, il est donc primordial de favoriser et de conserver un système foliaire fonctionnel.

 

La situation du millésime 2022

La saison estivale a été marquée par des températures très hautes (conditions caniculaires) accompagnées d’un fort déficit hydrique. Cela a eu pour conséquences une accélération des stades phénologiques et une croissance végétative rapide. La récolte s’est avérée précoce avec des productions variables en fonction des secteurs et de la disponibilité en eau. Ces conditions ont favorisé l’apparition de carences notamment en potasse.

 

 

Éléments majeurs
• Azote : niveau moyen sur l’ensemble des parcelles.
• Phosphore, potasse, magnésium et calcium : niveaux moyens à faibles.
Oligo-éléments
• Fer et manganèse : niveaux faibles. Des apports post-vendange sont conseillés sur les parcelles présentant chaque année des chloroses et carences récurrentes.
• Zinc, bore et cuivre : niveaux moyens.

Synthèse des résultats obtenus à partir de 160 prélèvements sur parcelles.

 

Programme de relance des mises en réserve post-récolte

Cultures biologiques

Cultures conventionnelles

 

 

En savoir + sur les mécanismes de mise en réserve